Bienvenue sur les terres de la famille Fortunat
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Premiers pas dans les marais...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erwin

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Premiers pas dans les marais...   Sam 17 Sep - 21:54

Cela faisait quelques jours qu'il était arrivé ici, à l'isle d'olonne, quelques jours qu'il découvrait un nouvel environnement, un milieu dont il ignorait tout, et qui, il fallait bien l'avouer, le surprennait quelque peu.

Aussi décida t il un matin de partir seul se prommener, oh, pas bien loin, juste sortir de la demeure et de ses jardins trop bien entretenu, et de s'aventurer un peu plus loin, s'aventurer, le nez au vent, le nez vers l'océan...

Après une courte ballade sur un chemin de traverse, il déboucha sur une clairière ensoleillée couverte d'herbes hautes.
Le vent lui apportait des effluves marine qui lui chatouillait les narines, et il décida de s'allonger, simplement, à mêmme l'herbe, et de ne penser à rien, enfin, si de trop penser...

Il resta un moment à regarder la course folle des nuages, leur imaginant une histoire, un destin, un but...
parfois, il fronçait le nez devant des nuages trop menaçant, mais ceux ci, emportés par le vent, ne l'arrosèrent pas.

Il resta un long moment comme ça, perdu dans ses pensées, espérant que l'océan lui apporterai des réponses...
Un air lui trottait dans la tête, une contine dont il ne comprennait les paroles, et encore moins le sens, mais peut être que....
Peut être... Sa vie avait été faite de peut être, et encore aujourd'hui, il vivait dans le peut être...

Il vivait dans la demeure de la maitresse deslieux, mais son impression d'inutilité le minait, il fallait qu'il se ressaisisse, qu'il reprenne pied, qu'il avance, encore et toujours, oui mais.... Comment....

C'est à ce moment qu'il entendi des froissements dans les herbes hautes, on s'approchait, mais il s'en moquait bien...

Qui... Qui vennait le trouver ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malone
Admin
avatar

Messages : 357
Date d'inscription : 04/12/2008

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Dim 18 Sep - 18:54

La fameuse maîtresse des lieux, peut être ?

A peine rentrée à La Trémouille, que déjà il avait fallu promettre de participer à la défense armée, puis jeter un oeil aux élections pour appuyer un candidat, puis tenir sa marraine informée, et solutionner avec elle une épineuse question de transport de stères - affaire encore non solutionnée, d'ailleurs - puis avoir un oeil sur l'intendance heureusement fort bien tenue du domaine, démasquer un arriviste qui tentait de nuire aux intérêts du comté, et se retourner pour enfin dire un mot à son invité lequel ... était parti ailleurs. A la réflexion, il n'y avait là rien d'étonnant : le jeune homme était venu voire l'océan, pas des listes de comptes, ni des discussions sur le mieux pour le Poitou en temps de guerre.

Embarrassée, la maîtresse des lieux fit un tour du domaine, puis du jardin : quelques criquets, un papillon ... mais pas d'Erwin. Inutile d'appeler : les buis coupés répondent relativement rarement. La brise amenait jusque dans les jardins des odeurs de marée, accentuées par les marais salants où l'eau, appelons un chat un chat, croupissait en attendant son évaporation. La probabilité que le brun ait pris seul la direction de la mer, puisqu'elle ne se décidait pas à l'y accompagner, était grande. Doublement ennuyée, notre blonde se rendit donc aux écuries, seller l'une de ses deux juments. A cheval sur Myrtille, la jeune baie cerise, elle laissa Lys, la vieille albinos, seule au domaine. Myrtille pouvait porter deux personnes pour un trajet s'il n'était pas trop long, et Erwin, s'il avait une franche longueur d'avance, ne pouvait être parti bien loin, quoique ? Il était habitué à voyager, et à marcher efficacement, vu le temps qu'elle mit à le trouver.

En fait, elle ne le trouva pas vraiment : grimpée sur sa monture, fixant la campagne environnante, elle cherchait une silhouette qui finirait bien par se détacher quelque part : celle d'un jeune homme vigoureux, debout, défiant les éléments de sa force naturelle ... Ah l’esprit fantasque de la jeunesse ! Ce fut Myrtille qui, refusant de continuer à marcher droit, fit un petit écart et manqua de désarçonner sa cavalière. C’est que la placide jument n’avait pas spécialement envie de marcher trop près d’un humain vivant.


Ah ! Se rattrapant, son premier réflexe fut de chercher ce qui pouvait ainsi effrayer une monture en laquelle elle avait toujours pu avoir confiance, jusque là. Découvrant la cause de sa presque chute, elle rougit. Après ça, briller devant lui et être à son avantage risquait d'être plutôt difficile. Ca n'était pas tout à fait ainsi qu'elle espérait le trouver, mais on fait ce qu'on peut, hein ?
Oh, messire Erwin ?! Parlons, ayons l'air de ne pas être gênée, et surtout pas d'avoir manqué de peu de lui tomber dessus. Et si elle pouvait maîtriser ses joues, les empêcher de la trahir ainsi ... Je … vous cherchais. Non ?! Sans blague ?
Se fustigeant elle-même pour la banalité de ses propos, elle mit pied à terre, passa ses rênes par-dessus l’encolure, puis s’assit dans l’herbe près du jeune homme.

Vous êtes là depuis longtemps ? Ah ben oui, ça c'était plus original ... Rougissant de sa bêtise en plus de sa maladresse et de sa faible clairvoyance qui avaient conjointement mené à la situation décrite, les tons de rouge montèrent rapidement. Foutue timidité !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Lun 19 Sep - 23:18

Voir une grosse bête arriver dans son champ de vision alors qu'on se prélasse dans des herbes folle a une faculté particulière...
Celle de vous faire lever rapidement !
Et Erwin n'échappa pas à la règle, il se leva donc prestement, et au moment où il allait montrer sa mauvaise humeur il en resta pantois.

Dans le soleil, il ne vit au début que des cheveux blonds tombant sur des épaules douces, puis un visage, rosit par le froid ?) aux traits doux, un corps svelte, la damoiselle qui l'hébergeait, Malone, et d'un coup, il oublia tout sentiment de colère, il sourit, bêtement, car là, il ne pouvait en être autrement...

Oh, messire Erwin ?!
Je … vous cherchais.
Vous êtes là depuis longtemps ?


Ses paroles, de douces paroles, ainsi, elle le cherchait, lui.
Se reprendre, répondre, ne pas rester comme ça,bêtement.

Et bien je suis là depuis un moment, vous dire combien de temps, je ne le sais pas exactement, mais oui, je me suis trouvé ce petit endroit au calme, ici.
J'espère que je ne vous ai pas trop fait perdre de temps au moins ?


Essayer de ne pas trop la regarder, essayer de détacher son regard du sien, essayer de ne pas regarder ses levres bouger, essayer de ne pas fondre sous sa voix... Essayer de se contenir, simplement.

Je me suis un peu éloigné pour trouver de la quiétude, du calme, essayer de réflechir...
Et puis, je savais que vous seriez fort occupée à votre retour, tout remettre en ordre, tout remettre à jour, les journées ne sont jamais assez longue dans un tel cas.


Il la regarda fixement, elle, juchée sur sa jument, et lui, debout à ses cotés.

Dites moi, vous comptez rester là haut ?
A moins que vous ne m'emmeniez en promenade, je ne connais pas les alentours de votre domaine.
mais je me doute que vous devez encore avoir fort à faire avant d'avoir du temps pour vous, non ?


Un petit sourire se déssina sur ses lèvres.

Un homme m'a dit un jour une chose que je trouve très juste.
Prends le temps de vivre pour toi, cesse de tout donner pour les autres, sinon tu n'apprendras jamais à vivre ta vie, et ce n'est pas au crépuscule de celle ci que tu pourras.
Vous devriez penser à vous parfois, et vous accorder un peu de détente.
Regardez, vous vivez non loin de l'océan, et je me demande combien de bains de mer vous prennez par an...


Son regard se plongea dans ses azurs alors que sa main caressait le cou de la jument qui commençait à montrer quelques signes d'impatience, espérant,e lle aussi surement, profiter de ce moment pour se dégourdir un peu les pattes.

Allez, oubliez un peu les tracas, et aujourd'hui, faites moi ce plaisir simple, pensez un peu à vous, j'ai tant à apprendre de vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malone
Admin
avatar

Messages : 357
Date d'inscription : 04/12/2008

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Sam 24 Sep - 23:45

[De l'apprentissage de la contenance]

Bon, pour la fière silhouette défiant les cinq éléments réunis de sa seule présence, c'était certes raté, mais l'agilité avec laquelle il sauta sur ses pieds rattrapa la chose, au moins un peu. Et puis ce sourire rayonnant, presque béat ... on retiendra rayonnant, c'était comme un rayon de soleil dans une journée grise. Peut être était-ce ainsi ? Ce jeune homme ramenait la lumière dans un quotidien trop sombre ?


Et bien je suis là depuis un moment, vous dire combien de temps, je ne le sais pas exactement, mais oui, je me suis trouvé ce petit endroit au calme, ici. J'espère que je ne vous ai pas trop fait perdre de temps au moins ?

Ah, et il parle en plus ... La blonde pencha la tête de côté. Mise en contact de deux neurones, ou attention supplémentaire portée au discours ? La jeune femme s'imposait simplement de cesser ses rêves éveillés concernant son interlocuteur, le temps que les paroles imprègnent son esprit.

Me faire perdre du temps ?! Mais non au contraire ! Je ...
Démentir, vite vite vite ! Non, le temps passé à ses côtés ne lui semblait pas perdu, que du contraire ! Certes, elle n'avait pas remis les pieds à la commanderie, négligé ses devoirs de maistre d'entraînement, laissé sa marraine sans l'aide qu'elle estimait lui devoir ... Mais pas pour rien ! Tous ceux qu'elle délaissait comprendraient certainement. Oui, bon, le temps lui manquait, c'était impossible à démentir, mais ...

Je me suis un peu éloigné pour trouver de la quiétude, du calme, essayer de réflechir...
Et puis, je savais que vous seriez fort occupée à votre retour, tout remettre en ordre, tout remettre à jour, les journées ne sont jamais assez longue dans un tel cas.


Bon d'accord, en bonnes excuses et explications limpides, elle avait affaire à un maître. Que faire d'autre que hocher la tête ? Avec au fond d'elle, ce sentiment étrange qu'il lisait en elle comme dans un livre ouvert. A cette pensée, son coeur s'accéléra un peu : cette impression d'être transparente, elle ne l'avait éprouvée jusque là que face à celui qui avait tenu pour elle le rôle de père. Et encore, parfois avec imperfection, leurs désaccords avaient été difficiles à vivre pour le demoiselle. Mais on s'éloigne du sujet, revenons donc à cette blonde juchée sur une baie cerise, faisant face à un brun, le tout dans une épaisse ambiance de trouble.

Vous avez compris, même s'il manque dans votre argumentaire les préoccupations pour le Poitou. Je n'ai pas souvenir d'une seule période de ma vie où les préoccupations pour l'avenir du Poitou n'ont pas été importantes.


Ne plus en parler, l'avenir de ce sublime comté n'était pas ce dont elle souhaitait parler, lui non plus d'ailleurs. Et puis quelque part, elle voulait interroger Erwin sur ses réflexions, les idées qui l'avaient traversé ici, si proche de l'océan, mais elle sentait à son ton comme à son attitude qu'il avait encore des choses à dire. Et puis pour le connaître un peu au moins, elle savait le sujet des réflexions éminemment personnel. Autant en ce cas laisser le jeune homme aborder le sujet de lui-même, ou y revenir plus tard, quand il semblerait disposé, ou simplement plus informé lui-même, peut être.

Dites moi, vous comptez rester là haut ?
A moins que vous ne m'emmeniez en promenade, je ne connais pas les alentours de votre domaine.
Mais je me doute que vous devez encore avoir fort à faire avant d'avoir du temps pour vous, non ?


Et d'un coup, tout s'effondre. Ecarlate, la jeune étourdie découvrit l'impolitesse de son attitude. Sur son visage s'afficha un "OUPS" majuscule. Viiite une idée, pourquoi était-elle restée là haut ?! Bougre d'idiote ! Par rêverie était la réponse honnête, celle qu'elle ne donnerait à aucun prix, même sous la torture. Il fallait donc une autre réponse, et vite ! Garder son aplomb, en aucun cas ce n'était une étourderie, non voyons ... !


Bien sûr que je vais rester là haut longtemps ! Mais à une condition ! D'ennuyé, l'expression passa au défi amusé. Que vous montiez avec moi. L'océan n'est plus loin, et Myrtille est assez robuste pour nous deux.

C'était osé ... et cela étonna la jeune dame elle-même, en s'entendant prononcer la dernière ânerie que son cerveau de blonde avait formulée. "Mais bien sûr ... à deux sur une seule monture, et tu ne te sens pas provocante ? Eloy se moquerait bien ... Voilà de la tenue ! Le bel exemple, tu le connais depuis à peine quelques semaines, même pas, et tu proposes ça sans honte, pourvu qu'il refuse !" De ces pensées internes, rien ne transparut sur son visage, si ce n'est la rougeur qui se maintenait. Il est un stade à partir duquel ça ne peut plus augmenter, heureusement pour elle.

Un homme m'a dit un jour une chose que je trouve très juste.
Prends le temps de vivre pour toi, cesse de tout donner pour les autres, sinon tu n'apprendras jamais à vivre ta vie, et ce n'est pas au crépuscule de celle ci que tu pourras.
Vous devriez penser à vous parfois, et vous accorder un peu de détente.
Regardez, vous vivez non loin de l'océan, et je me demande combien de bains de mer vous prennez par an...


Et d'oeil à oeil en plus ! Non mais c'est qu'il osait lui faire la leçon ?! A elle ?! Les émeraudes de la blonde plongèrent dans les iris qui s'adressaient à elle. Résister au trouble ... assez de bourdes pour la semaine, maintenant ! Du moins l'espérait-elle. Et de cette contenance qu'elle parvenait difficilement à acquérir, sorti une idée d'un vertu longuement rabâchée : "et ton humilité ? Oui, il te fait la leçon, qui serais-tu de ne pas accorder à quelqu'un que tu considères comme un ami, le droit de te faire la leçon ?" Dans un petit coin de son esprit une petite voix tenta un "seulement un ami?", mais cette petite voix reçu un "chhht" de tous les autres modérateurs internes, et se tut.

Je ... j'ai peur de l'eau.

Simple, franc, et sincère pour le coup. Et de ces trois faits conjugués, elle put le dire d'oeil à oeil au jeune brun qui lui faisait face. Et puis ce contact, les yeux dans les yeux, lui plaisait, disons ce qui est. L'acceptait-elle ? Non, certainement pas ! Si vous le lui demandiez, Malone vous dirait que c'était purement et simplement dû à l'ambiance de défi qui planait, évidemment !

Ce fut Myrtille qui rompit le charme en piétinant, forçant sa cavalière à se préoccuper d'elle un instant au moins.


Calme, ça vient Myrtille.

Allez, oubliez un peu les tracas, et aujourd'hui, faites moi ce plaisir simple, pensez un peu à vous, j'ai tant à apprendre de vous.

Comment refuser ? De toute façon, elle s'en sentait incapable, alors autant accepter franchement. Dans un coin, la fameuse petite voix de tout à l'heure tenta à nouveau une prise de position, remercions les autres modérateurs internes de l'avoir faite taire rapidement : le cerveau de la blonde était en ébullition, et quand ça explose ce genre de choses, ça fait des tâches partout, c'est dommage.

Accordé, mais il va vous falloir monter alors !

Un mouvement souple du pied libéra l'étrier proche d'Erwin, pendant qu'une main réunissait les rênes avant de se porter au pommeau, et l'autre se tendait pour aider l'ascension.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Lun 26 Sep - 18:57

La discussion s'anime entre les deux jeunes gens, qui se connaissent à peine mais ont envie d'en savoir plus, sans trop le dire, sans trop s'ouvrir, par pudeur, par peur ?
Eux même l'ignore surement, mais le désir de se connaître reste le plus fort.

Erwin, debout face à la demoiselle la regarde quand il ne se noit pas dans ses azurs.
Elle a ce visage doux qui le trouble, et le rouge qui teint ses joues lui va à ravir...
Mais chut, ne pas lui dire...

Et puis cette proposition qu'il ne peut refuser, voir l'océan, enfin, pas seulement le sentir, le voir, l'écouter, s'y plonger...

Bien sûr que je vais rester là haut longtemps ! Mais à une condition ! Que vous montiez avec moi. L'océan n'est plus loin, et Myrtille est assez robuste pour nous deux.

Il ne pourra pas lui refuser, et puis une petite phrase qui le bouleverse, une phrase qui peut paraitre anodine pour certains, mais qui pour lui a une importance qu'il n'explique pas.

Je ... j'ai peur de l'eau.

Alors,quand lle libère l'étrier, et qu'elle l'invite à monter sur Myrtille, il prend doucement sa main dans la sienne et la regarde.

Promettez moi de ne pas aller trop vite, les chevaux et moi ne sommes pas toujours ami.

Un appui, et le voilà posé sur la jument.
Souci, où s'accrocher ?
Pas à l'arrière, et devant, devant...
Devant lui une chevelure blonde, une silhouette qui le...le perturbe nous dirons.

Il inspire fort.

On n'aime qu'une fois, enfin, on croit aimer et on se trompe, mais en réalité, on n'aime qu'une seule fois.
Et comment sait on qu'on aime ?
Quand on n'ose toucher la personne qu'on désire de peur de la csser, de briser ce rêve tout éveiller.


Alors il regarde le dos de la belle, hésite, sent son coeur bondir, et maladroitement, il pose ses mains sur sa taille, tout heureux qu'elle ne puisse voir la gène qu'elle lui occasionne.

Allons y, Myrtille a l'air de s'impatienter...
Et je suis certain qu'elle aime les bains de mer, elle.


Les voilà qui avancent, doucement, et il faut briser le silence, ne pas paraitre trop emprunté...

Vous savez que vous me faites faire une chose exceptionnelle ?
Monter sur un cheval.
J'ai une peur quasi panique de ces bêtes là...
Généralement, je préfère voyager dans une charette pleine de paille.
Pourtant, avec vous, j'ai confiance, je vous fais confiance.


Il sent son parfum, sent les courbes de sa taille à chaque soubresaut du cheval,il se sent... transporté ?

Un jour, si vous voulez défier l'eau, apprendre à ne plus la craindre, dites le moi, je... Je vous aiderai à gagner ce combat.

Le chemin continue, quelque part, il voudrai que cela ne cesse jamais, histoire de continuer à savourer ce moment hors du temps...
Mais l'océan, doucement, il le sent plus fort, la brise, les embruns, l'iode, tout l'appele...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malone
Admin
avatar

Messages : 357
Date d'inscription : 04/12/2008

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Sam 1 Oct - 18:33

Résumons, nous avons donc deux jeunes gens, un jeune homme et une jeune femme. Le jeune homme est phobique des chevaux, rien d'étonnant donc à ce qu'ils soient tous les deux sur un cheval. Et cet équipage se dirige vers l'océan, logique, puisque la jeune femme souffre de la phobie de l'eau. J'ai dû louper un épisode ... on est dans un descriptif de thérapie, ou dans une histoire d'amour naissante ??

Enfin, revenons donc à ce que pense Malone, on verra bien ce qu'il adviendra de ces trois là. Oui, trois : Myrtille, aussi, elle compte pas pour du beurre, sans elle ils n'y seront pas avant demain ou plus. Et puis vous êtes surs qu'ils ne sont ni suivis ni surveillés, vous ?! Malone, elle, n'en est absolument pas sûre, mais s'interdit de trop regarder autour pour ne pas insulter son ami. Enfin s'il était possible que la campagne soit parfaitement déserte, ça l'arrangerait bien.

Vous vouliez savoir tout de même où en est la blonde, voilà : Malone est gênée par ses propres émotions qu'elle refuse de reconnaître, troublée, rouge pivoine, et se dit que pour l'air sérieux là c'est raté et pour longtemps, et qu'on risque de bien rire quand elle affirmera encore s'être réservée pour le mariage, et pourtant c'est vrai. On ne parle même pas de comment expliquer qui est Erwin si elle croise quelqu'un qu'elle connait de près ... "Oh, je l'ai croisé l'autre jour en terre ennemies, oui en Limousin, il me semblait sympathique, alors il est rentré avec moi, et depuis il loge chez moi et pis je l'emmène voire l'océan sur mon cheval, parce que j'en ai qu'un à l'écurie". Oui bien sûr, et la marmotte ?

Et pourtant, malgré tous ces éléments pourtant évidents qui lui disaient qu'elle était en train de faire des âneries, elle ne parvenait pas à vraiment regretter la situation. Erwin lui plaisait, depuis le premier instant. Et puis elle se sentait bien, avec lui.

Heureusement, ces pensées ennuyées autant qu'embrouillées furent interrompues par quelques mots du brun auteur du trouble, et les émeraudes, car les yeux de Malone sont bel et bien émeraudes, héritage maternel. Les émeraudes donc, rejoignent les azurs du brun. C'est toujours troublant des yeux clairs sur un visage mat, assombri de cheveux sombres. Et celui-là la trouble particulièrement, cet air doux quand il la regarde, ce on ne sait quoi dans l'oeil qui rappelle malgré tout que celui-là il vaut mieux ne pas lui marcher sur les pieds... Et puis il parle, alors rassemblons ce qu'il reste de concentration et écoutons.


Promettez moi de ne pas aller trop vite, les chevaux et moi ne sommes pas toujours ami.

Pas le temps de répondre, le voilà derrière elle. Impossible de se noyer dans ces yeux, maintenant. Un instant, elle regrette, puis se rabroue elle-même.

Dans son dos, elle le sent et l'entend, il inspire fort, pour se donner courage, probablement, puisqu'ensuite il pose les mains sur sa taille, peur de tomber, probablement ... aurait-il un souvenir de mauvaises chutes ? Un sourire rassurant à la crinière de Myrtille, ça ne sert à rien mais l'idée y est. Et puis sentir d'aussi près la chaleur de son invité, pouvoir sans le regarder connaître le moindre de ses mouvements, ça lui en crisperait les entrailles. Etrange sensation qu'elle n'a plus ressentie depuis ce qui lui semble désormais une éternité, une époque dont elle se souvient à peine.


Nous n'irons qu'au pas, tant que je n'aurai pas votre feu vert, rassurez-vous. Et Myrtille est une jument des plus placides, c'est ce qu'a volontairement choisi celui qui me l'a offerte. C'est particulièrement dommage quand je tente de m'entraîner à quelque chose avec elle, mais très pratique pour voyager.

Et très ennuyeux quand je ne voyage pas. Mais elle ne fit que le penser, fort peut être, mais en silence. Parfois, elle rêvait d'une bête fougueuse à laquelle il faudrait s'imposer, du long travail pour devenir l'un des rares cavaliers capables de se montrer maître de l'animal... Ce dont Erwin ne rêvait probablement pas, pensa-t'elle amusée.

Allons y, Myrtille a l'air de s'impatienter...
Et je suis certain qu'elle aime les bains de mer, elle.


En réponse, la blonde serra les mollets, se déplaça légèrement en avant sur sa selle, entraînant un peu Erwin dans son mouvement, et la baie cerise prit le pas, de sa démarche roulante et régulière.

Ca nous le découvrirons ensemble : je n'ai pas encore eu le temps de l'emmener jusqu'à l'océan, seulement les marais salants comme ici. Ce sera l'occasion.

Vous savez que vous me faites faire une chose exceptionnelle ?
Monter sur un cheval.
J'ai une peur quasi panique de ces bêtes là...
Généralement, je préfère voyager dans une charette pleine de paille.
Pourtant, avec vous, j'ai confiance, je vous fais confiance.

Un jour, si vous voulez défier l'eau, apprendre à ne plus la craindre, dites le moi, je... Je vous aiderai à gagner ce combat.


Ainsi il avait aussi peur des chevaux qu'elle de l'eau ? D'amusée, la blonde passa à l'étonnement. Mais défier l'océan, ça ...

Auriez-vous un mauvais souvenir, avec les chevaux ? Ou avec un cheval en particulier ?
Excusez la question, mais les écuries ont toujours été un refuge pour moi, au grand regret de maman, et la peur de ces animaux m'est aussi étrangère que ma défiance de l'océan semble incompréhensible pour vous.


C'était évident, pourtant, non ?! Il suffisait d'avoir un jour consulté une carte, pour connaître le nombre de monstres cachés entre les vagues de l'océan. Pour sûr, ces monstres en étaient les créateurs, des dites vagues, d'ailleurs. Ajoutez la tendance de certains bateaux à ne jamais revenir, et les noyés qui de temps à autres revenaient sur les plages, pourquoi diable mettre les pieds là dedans, quand on tient un temps soit peu à la vie ?
Le reconnaître ? Si elle pouvait s'en passer ... C'est qu'elle avait sa fierté mal placée, elle aussi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin_de_Proisy

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 03/05/2010

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Mar 4 Oct - 13:59

IL était de retour dans Son Poitou
Et dieux que son Poitou lui avait manqué..
Quand il l’avait quitté il n’avait qu’une 10ene d’année et aujourd’hui 6 ans après tout lui revenait en mémoire
Assit fièrement sur sa monture Elendil.. il cherchait un endroit de paix de calme pour se ressourcer
Il en avait vu des choses au court de son attachement a l’ordre des hospitaliers et les souvenir qu’il en gardait n’avaient rien qu’il lui donner envie de rester au sain de cette ordre

Et si quelque jours avant il avait promis qu’il continuerai a se battre au coté de sa mère en son nom et non en celui de la Reyne .. l’entrée en Poitou ne l’avait pas fait réfléchir une seconde
Hors de question était pour lui de se battre contre sa patrie contre ses frères
C’est donc aux la premières heures qu’il avait prévenue l’ordre et l’armée qu’il ne fallait pas compter sur lui pour prendre les armes dans cette contré
Et tant pis si cela faisait de lui un traitre il ne trahirait pas sa comté !

C’est après avoir écrit ses courrier qu’il avait accrocher a taille Calimenhtar son épée et était partit chevauchant sur son domaine enfin pas tout a fait son domaine mais celui qui serait le sien un jours si son père trouver qu’il en était digne
Il se demandait souvent si il en était digne tant de gens lui avait dit qu’il était imbue de sa personne qui était prétentieux et qu’il se croyait plus fort que les autre parce qu’il était noble de sang
On avait cessé de lui dire qu’il était bien peu méritant pour tout se qu’il avait déjà sans s’être battu
Bientôt on allé lui reprocher d’être née dans cette famille et pas une autre ; mais Ed ne demandait que cela de prouver sa bravoure et c’était avec conviction qu’il avait prit ses fonction dans l’ordre des hospitalier. Mais quelque année auprès deux lui avait prouver qu’il n’était pas de ceux qui se battent a longueur de temps , il n’était pas de ceux qui trouver du plaisir a courir les route pour répondre a des ordre sans savoir le fond du pourquoi
Sa belle jument chevauché aussi heureuse que lui que de foulé de ses sabot les dune et les recoin du domaine … il la stoppa et sourit en lui tapotant les flancs

Hey ma belle calme toi pour une fois nous ne devons pas évité des lâme ..
Tu es heureuse d’être de retour …

Il sourit regardant l’horizon au loin pensif et répondit d’une voix tout aussi pensive

Moi aussi ..

Autour de lui les marrai salants.. un lieux a la fois magique est dangereux car certain recoin était habité par des piège aussi beau que dangereux.. oui ils regorger de plan d’eau mouvant qui pouvait vous ensevelir a tout jamais ..
Heureusement il semblerait que dans la tête du jeune de Proisy la carte des lieu était toujours aussi présente et que sa mémoire lui dicter le chemin a prendre..

Tout a coup dans le décore son regard fut attirer pas une monture .. avec une personne dessus .. heu .. une personne ? … pas sur .. il cru voir deux tête..
Alors a moins que ce soit un de ses être magique des marrai salants cela semblait plutôt être deux personne que un cheval ..

Il se demanda qui cela pouvait bien être et d’un coup de talon somma sa monture de partir au trot vers cet silhouette peu commune ..

Quand il vi les cheveux d’or il cru d’abor voir sa sœur et son cœur bondit a tout rompre voila des année qu’il ne l’avait pas vu sa soeurette elle lui manqué tant ..
Il accéléra le pas partant au galop. Puis il reconnu sa cousine .. un instant il fut deçus mais très vite la joie reprit le dessus et il arriva a sa hauteur .. jetant un œil rapidement vers l’homme qui se tenait derrière elle .. il avait l’air peu a l’aise sur la jument mais il ne se posa pas plus de question que cela car déjà il sauté au sol a pas rapide

MALONE !! Ho MALONE !!
Que je suis heureux de te revoir ..


Il dit cela tout en marchant droit vers eux souriant largement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie-de-Proisy

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Mer 19 Oct - 1:32

Elle était desoeuvrée la jeune fille , cette petite fille qui avait grandi, loin de ses parents, loin de son jumeau, mais qu'une complicité liait à tout jamais à celui qui avait partagé sa premiére "chambre", elle avait erré un long moment avant de retrouver le chemin du domaine, mais elle y était finalement arrivé, marchant dans les hautes herbes, elle avait abandonné Chocolat, trop petit maintenant pour sa taille, bien que fluette encore, ses jambes étaient trop repliées dans les étriers, et Chocolat méritait de finir sa carrière tranquillement, broutant tout ce qui lui plaisait.


elle avait été sortie de l'armée, sur ordre du médicastre, un mauvais coup de baton qu'elle avait reçu d'un manant qui se croyait plus fort parce que plus agé...quel idiot! Elle avait suivi son père et l'avait conjuré de ne pas la laisser seule, mais il avait obéi, il avait suivi les ordres, cette armée, ce jeu de guerre qui faisait que les hommes et les femmes engagées n'avaient aucun droit de se soustraire même pour protéger les leurs, pour le besoin de la communauté, sauf qu'elle avait appris que son père et sa mère s'étaient retrouvés face à face, l'un contre l'autre pour un combat qui la dépassait! cela valait il de sacrifier sa vie, sa famille, en fait quel en était le remerciement, non pas qu'elle douta du courage mais que de sacrifices et ensuite qui s'occupait des pauvres malheureux laissés sans vie ou dans d'atroces souffrances, elle avait vu son père froler la mort, sa mère maintenant subissait le même sort! mais que faisait aristote..se contentait il de compter les points? Elle avancait toujours dans les hautes herbes et soudain entendit au loin une voix qu'elle aurait reconnue entre mille!


Citation :
MALONE !! Ho MALONE !!
Que je suis heureux de te revoir ..


Elle prend alors la direction de la voix...;sa marraine serait aussi dans les parages. Vite, vite courre Emilie!!!

Edwinnnnnnnnnnnnnnnnnnn Edwinnnnnnnnnn!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malone
Admin
avatar

Messages : 357
Date d'inscription : 04/12/2008

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Jeu 20 Oct - 0:03

Comment une promenade entre peut-être futurs amoureux se finit-elle avec enfants ? Selon les mises en gardes des matrones, c'est en étant imprudent, impétueux et trop câlin, et au bout de neuf mois. Selon le dogme de la famille Fortunat, il suffit de se promener sagement, et ça arrive tout de suite !

Les discussions sur les peurs des tourtereaux sur leur monture commune reprendraient peut être, voire même se continueraient ? Mais pour l'heure, les fourrés s'animaient de cris joyeux des jumeaux. Depuis quand étaient-ils là ? Allez savoir. Qu'avaient-ils entendu de ce qui précédait ? Tout probablement, rien répondraient-ils sûrement.

Le rouge encore aux joues et les hormones en un éveil nouveau, Malone vit débarquer ses petits cousins avec un sourire mi-figue mi-raisin. Bien sûr, elle était contente de les voir, elle était toujours heureuse de les voir ... Mais maintenant ? Bah, de toute façon, il n'y avait plus de choix ! Et puis ils étaient jeunes encore, ne comprendraient pas forcément tout, voulait-elle croire.


Edwin ?!
Pas de doute, c'était bien lui ... grandi, mais le même ou presque.
A peine rentré, et déjà en promenade ?! Elle avait l'habitude de taquiner ce petit qu'elle surnommait souvent "crevette", et il est des habitudes qu'on ne perd pas si facilement... Et puis la taquinerie lui redonnait l'avantage, dans une situation où l'avantage était difficile à avoir.
Je te présente Erwin, qui m'a suivie jusqu'ici quand j'ai quitté Limoges.
Se tournant à demi, et surveillant de près sa diction, Malone tenta de s'adresser au brun accroché à sa taille. Dans les faits, elle se trouva plus la joue contre son visage qu'autre chose, et cela lui donnait bien trop d'idées à son goût, mais comment faire autrement ? Délicate position pour des présentations, et les noms n'aidaient en rien. Si avec tout ça elle ne faisait pas une boulette ...
Sire ERwin, je vous présente EDwin de Proisy-Fortunat, le fils de mon parrain et protecteur Jehan, dont je vous ai déjà parlé. S'en souviendrait-il ? peut-être, ou peut être pas.

L'oreille se tend de l'autre côté, et l'explication sur les hauts cris que l'on entend au loin arrive.

Et la demoiselle que nous entendons appeler est Emilie, la soeur jumelle d'Edwin, et ma filleule.

Ouf, présentations, faites, les réactions des deux mâles en présence diraient bien vite si elle avait fait un faux pas.
Retour à la crevette ...

Tu as vu Emilie depuis ton retour, au moins ?

Puis, d'une voix forte et portante, comme on apprend à le faire quand on dirige, même ne serait-ce qu'un temps, l'entraînement d'une troupe d'indisciplinés, la blonde s'adressa dans la direction où Emilie s'essoufflait.


Par ici Emilie ! Nous sommes ici !


Comment savait-elle qu'il s'agissait d'Emilie, connaissant pour en être parfois confidente, les frasques d'Edwin, vous demandez-vous depuis tout à l'heure ? Eh bien il vous faut savoir que depuis leur plus jeune âge, Malone a vu les jumeaux grandir, et la façon qu'a Emilie d'appeler son frère est inimitable, pour toute oreille habituée au son en question.

Restait désormais à déterminer comment dire à Erwin qu'elle regrettait le chahut et l'invasion, sans que les jumeaux ne remarquent la chose : elle était trop heureuse de les voir enfin de retour, et chez elle en plus, pour leur donner l'impression de les chasser. Même s'ils arrivaient à un instant où elle aurait aimé être seule. Lui prendre la main ? Un instant elle y pensa, réunit les rennes, laissa la main partir en arrière, puis se ravisa : trop évident, la main retomba sur sa propre cuisse. Oui, mais quoi alors ?! Indécision, quand elle remplace un instant la timidité ... ou bien les deux sont-elles liées ?

_________________


Dernière édition par Malone le Jeu 20 Oct - 17:51, édité 1 fois (Raison : pour complément, vous m'excuserez j'espère)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Dim 6 Nov - 17:32

Une, puis deux têtes blondes ! Une invasion de têtes blondes pas plus haute que trois... allez soyons gentils, quatre pommes vennaient d'arriver !

les présentations faires, Erwin comprit rapidement que la famille s'agrandissait.
Dans le même temps, il aurai bien aimé voir la tête du cheval qui devait se dire "ah non, deux, c'est déjà raide, alors quatre, je vous préviens de suite, je n'avance pas d'un centimetre !"

Il essaya de se redresser tant bien que mal sur le cheval, et de ne plus toucher la cavalière devant lui, il ne se sentait pas à son aise, mais bon... il est des moments où il faut savoir se faire violence.

Bonjour, Erwin, enchanté de vous connaitre ! dit il en souriant.

Je suppose que j'aurai le plaisir de vous voir dans le domaine, même s'il est immense, je sens qu'on doit vite vous retrouver, ou au pire, vous entendre, non ?

Il essayait de se rendre aimable, mais du haut du cheval, il se sentait pour le moins mal à son aise.

Doucement, il posa sa main sur la hanche de Malone, et vint lui murmurer à l'oreille.

Croyez vous qu'il serai prudent d'emmener des enfants dans les marais ?
Pour ma part j'en doute.
Que diriez vous que nous les ramenions, nous pourrions repartir après, tranquillement ?


Il en profita pour sentir le parfum de sa peau, ce qui eut pour don de l'enivrer quelque peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malone
Admin
avatar

Messages : 357
Date d'inscription : 04/12/2008

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Sam 19 Nov - 18:44

Déjà qu'à cheval le brun était raide comme un piquet, s'il fallait en plus faire bonne figure devant deux têtes blondes à la tendresse relative, ça devenait particulièrement exigeant comme épreuve ... Alors qu'elle commençait à peine à percevoir le malaise que la situation pouvait engendrer chez son passager sur le dos de Myrtille, le passager en question trouva lui-même une solution.

Impossible pour la jeune blonde de vous répéter clairement les mots prononcés par le jeune homme, par contre, la main reposée sur sa hanche avait fait faire un énorme bond à son coeur, pendant que ses entrailles semblaient entamer un complexe numéro d'accrobatie. Manquait plus qu'elle soit malade et prise de vomissements pour gâcher la journée ... Elle ne se souvenait pourtant pas d'avoir avalé le moindre aliment à l'air un peu passé, étrange d'être malade, quand elle avait à nouveau une alimentation un peu plus saine qu'en voyage, à moins que ce ne soit pas un problème purement digestif ? Voilà bien une affaire sur laquelle il faudra qu'elle parvienne à réfléchir un peu, quand sa cervelle de blonde acceptera de faire un peu meilleur ouvrage. Pour l'heure, il faut penser à comment poursuivre la promenade sans perdre qui que ce soit dans le marais, sans vexer personne, et en conservant le caractère agréable de la chose pour tout le monde. Allons Malone, tu as grandi avec un diplomate, tu devrais bien trouver une solution ! Cervelle de blonde, réveille-toi ... lumière !

Profitant de ce qu'ERwin lui murmurait à l'oreille, Malone répondit sur le même ton de confidence. Se tourner et se pencher en arrière en même temps sans bouger son assiette pour ne pas donner un contre-ordre à sa monture, c'est assez laborieux et ça demande pas mal de souplesse, en clair, ça tire les muscles et c'est désagréable. Mais un oeil masculin y verrait une silhouette cambrée et jolie ... les hommes !


J'ai une autre idée, qui vous permettra même de descendre de cheval ! Nous ne somme plus si loin de l'océan, maintenant.

Retour aux jumeaux, qui étaient en inégalité parfaite : Ed à cheval et Emilie à pieds.


Emilie, si je te prêtais Myrtille le temps d'une course avec ton frère ?
Le dernier à la plage ... mais vous ne galopez pas sur le sable sec, je compte sur vous !


Il ne restait plus qu'à ce que ERwin descende le premier, laissant Malone descendre et Emilie monter.

Citation :
HRP : Edwin ne répondra à priori plus dans ce sujet. A moins que LJD nous lise, auquel cas un RP d'adieux me fera plaisir. Wink Mais je crains qu'on ne doive faire sans lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   Sam 26 Nov - 13:21

Le jeune fille s'etait penchée sur lui, il avait senti son souffle sur sa peau, et ses levres près des siennes, et son corps tendu, presque offert... Comment ne pas le regarder...
Il s'était fait violence pour ne pas poser une main sur ce ventre qui lui paraissait si accueillant, pas là, pas maintenant, pas si vite, pas si... pas tant de raison en fait, de ces raisons qu'on essaye de se trouver pour ne pas ceder....

Il hocha la tête, et, après avoir écouté les explictions de Malone, il se décida à descendre maladroitement du cheval, se devant de laisser sa main abandonner la taille de la demoiselle.

Arrivé sur la terre ferme, il tendi la main à Malone afin de l'aider à descendre.

Faites attention en descendant, le sol n'est pas très régulier.

Interieurement, il en arrivait même à esperer qu'elle perdrait l'équilibre et qu'elle lui tomberai dans les bras, mais tout ceci n'était que rêves, et non réalité.

Puis regardant les deux enfants.

je vous admire de savoir déjà monter à cheval, pour ma part, je crois que cet art restera à jamais inaccessible, je ne me sens vraiment bien que sur le plancher des vaches.

Il sourit attendant la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premiers pas dans les marais...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premiers pas dans les marais...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Expédition dans le marais
» [UU] Première team, premiers pas dans le pvp - Débutant
» Nos premiers pas dans ce grand monde . [ Pv Keila Douyouni]
» [Mono Jedi] Une journée dans les marais
» premier pas dans la sculpture .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de la famille Fortunat :: Seigneurie de l'Isle d'Olonne :: Les marais salants-
Sauter vers: