Bienvenue sur les terres de la famille Fortunat
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Visite de deux berrichons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Visite de deux berrichons   Mer 15 Avr - 21:54

Le voyage avait été bien long entre la Guifette Noire et la demeure de son ami. Le jeune couple passèrent par le Limousin afin de pénétrer en Poitou par La Trémouille. Masacio, également ambassadeur du Berry en Limousin et Marche profita de cette escapade pour visiter le comté. Tout s'était bien passé excepté le départ. En effet, partant de la demeure de la belle tisserande à Chateauroux, Zoyah avait voulu emmener un nombre incalculable de malles. C'est non sans peine que le jeune maire de Saint Aignan lui avait fait renoncer à nombre de stramates, ne voulant pas louer une seconde voiture pour transporter les viatiques de sa douce.

Ce voyage avait permis de prendre du bon temps. Le soir ils couchaient dans de bonnes auberges, n'ayant jamais à se plaindre des gens de maison. Le midi, quand le temps le permettait, ils déjeunaient en plein air afin de s'éjouir au soleil. Lorsque le soleil pointait au petit matin, ils étaient déjà en route et Masacio avait alors le privilège de serrer sa Sylphide contre lui, regardant les frimas se lever.

C'est donc dans le cabriolet frappé aux armes de sa marraine, la Duchesse de Chantôme, conduit par le fidèle Guiton que Masacio et la jolie Zoyah arrivèrent à la seigneurie d'Hermenault.
Revenir en haut Aller en bas
Jehan de Proisy
Admin
avatar

Messages : 630
Date d'inscription : 18/11/2008
Age : 39
Localisation : Là ou est Lee

MessageSujet: Re: Visite de deux berrichons   Jeu 16 Avr - 17:47

Jehan venait de sortir dans la cour pour s’assurer que Pierre était bien parti quand François, qui secondait Pierre le héla…

Hé not’Sire, y a comme qui dirait du monde qui semble viendre déhors…

Pfft mordious ! jamais je n’arriverai à leur inculquer le moindre réflexe. Du monde certes, mais une armée ? un convoi ? un pèlerin…va-t-en savoir…

Toute en grommelant Jehan monta à la poterne pour aller voir de ses yeux ce « monde »…

François ce n’est pas « du monde » c’est un cabriolet tu le vois non ? et il me semble reconnaître les armes frappées sur la porte on dirait…saperlipopette Sa Grasce !
Ouch me voilà beau avec ma cousine qui accouche et une visiteuse de marque…
François écoutes bien ce que je vais te dire car je dois aller me changer rapidement…
Dès que cette voiture se présente au petit pont je veux que les portes s’ouvrent pas question qu’elle doive s’arrêter tu as compris ?


Ben j’suis point sot not’bon maitre ! Dès que la carriole elle passe le pont j’ouvre la porte…

Non pas quand elle est sur le pont avant qu’elle n’y soit…

Bon ensuite tu descends de ton perchoir et tu vas ouvrir la porte de la voiture en ôtant ton chapeau d’accord ?


Ben c’est qu’est ce que j’avais dit non ? Oter mon chapiau ? mais ça s’rait y donc un curé qui arrive ?
Moi j’retire mon chapiau que devant un curé ou vot’Dame not’maitre.


Serrant les poings Jehan regarde le serviteur désespérant de le voir se « polir » un peu…


François tu retires ton chapeau et puis c’est tout d’accord, je serai là allez je file me changer. Ah si, vérifies si Pierre revient avec la sage femme et dis lui qu’il l’amène dans notre chambre y a un loupiot qui s’annonce…


Un loupiot ? not’Dame ? ben félicitations not’maitre on voit qu’vous êtes vigoureux !

L’homme renforce ses dires d’un clin d’œil égrillard tandis que Jehan s’en va ne cherchant même pas à le détromper ce qui lui prendrait trop de temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoyah

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Visite de deux berrichons   Ven 17 Avr - 1:30

Les goûts et les couleurs ça ne se discute pas ! Zoyah croyait dur comme fer à ce vieil adage. Facilité en cela par le fait qu’elle aimait pratiquement toutes les couleurs même si sa préférence allait au bleu roi et au doré. Elle possédait donc des tenues aux diverses coupes, déclinées dans de multiples coloris et confectionnées dans des étoffes au moins aussi variées.

Elles les avaient soigneusement préparées, prêtes à être misent en malle mais Masacio avait gentiment protesté.

Vous n’avez pas besoins de toutes ces fanfreluches ma douce. Et vous savez bien qu’un rien vous habille…sourire persuasif.

Presque tout bon le Masa mais…

Des fanfreluches ?! Mes soieries vénitiennes, mes damas, mes velours, mes satins, mes mousselines de Mossoul, mes damasquins venant de Perse, mes baldaccino, camocas, cendal, dabiky, camelot, futaine…sur un ton outré, le regard alarmé.

Et bien dites-vous qu’ils pourraient leur arriver malheur, chargés comme nous serions…plantant ses émeraudes dans le bleu des yeux de sa promise, un air résolu sur le visage…je vous ai déjà narré ce qui est arrivé à la baronne de Lignière et ses fabuleuses toilettes….d’une voix compatissante. Allez, prenez donc celle-ci, celle-là, l’autre là-bas parce que je l’aime beaucoup et encore la bleue au fond et contentez vous ensuite de tenues pratiques…la serrant de ses bras. Puis la sentant hésiter, lui susurre tendrement à l’oreille...s’il venait à manquer de quoique ce soit, je suis prêt à parier que nous trouverions une échoppe de tisserand/tailleur à votre goût.

Et c’est sur ses mots que la confrontation avait été close et que Masacio avait alourdi sa bourse de quelques centaines d’écus au cas où.

Le voyage avait été agréable, d’une part parce que l’abandon des innombrables toilettes n’avait provoqué aucun émoi chez la jeune tisserande qui s’imaginait déjà les merveilles de haute-couture qu’elle allait pouvoir dénicher en Poitou et puis parce qu’elle appréciait par-dessus tout ses moments où elle se retrouvait confinée avec lui.

Rares moments où, serré l’un contre l’autre, rien ne venait les troubler.

C’est donc blottit contre son promis que la jeune femme découvrit les tours crénelées du domaine du chancelier du Poitou. Et dans sa grande générosité, Zoyah lui avait confectionné de ses longs doigts fins et habiles, une succulente tarte aux pommes caramélisées. Elle espérait, du reste, que cette dernière n’aura pas trop souffert du voyage. Il y avait eu les chaos de la route pour la malmener, sans oublier les innombrables assauts de Masacio qui avait bien fini par avoir raison de la tarte. C’était sans compter sur la malice de Zoyah qui lui avait rétorqué alors qu’il se plaignait d’une fringale et de l’obsédant arôme de cette tarte aux pommes qui lui chatouillait les narines. :

Si vous veniez à manquer de quoi vous sustenter, je suis prête à parier que nous trouverons une pâtisserie dont l’étalage comblera votre appétit.

Et la conversation fut close et la tarte pomme sauve. C’est le chancelier du Poitou et sa douce épouse qui vont être content.

Regardez amour !...je crois que nous arrivonsse levant pour passer sa tête à la fenêtre et mieux jouir du panorama.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jehan de Proisy
Admin
avatar

Messages : 630
Date d'inscription : 18/11/2008
Age : 39
Localisation : Là ou est Lee

MessageSujet: Re: Visite de deux berrichons   Mer 22 Avr - 22:30

Jehan attend que la voiture traverse le pont et franchisse la poterne.
Dès celle-ci est arrêtée il va lui même ouvrir la porte ayant entrevu une Dame...Il reconnait alors la jeune diplomate déjà rencontrée chez Masacio et la salue...


Bienvenue à l'Hermenault Damoiselle, considérez cette maison comme la votre je vous prie...

Tout en parlant il s'incline et tends sa main à la jeune femme pour l'aider à descendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoyah

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Visite de deux berrichons   Mer 29 Avr - 1:18

Un sourire est esquissé à l’attention du si gentil chancelier du Poitou. Décidément, cet homme tellement affable et courtois devrait donner des leçons de conduite au chancelier du Berry.
La jeune femme descend doucement du cabriolet, son regard azuré balayant la cour et courant sur les façades du château, en appréciant le moindre détail d’architecture.
Puis dans un bruissement de jupons se retourne face à lui et s’incline gracieusement


Excellence, c’est pour moi un réel plaisir de me trouver icelieu . Je vous remercie, au nom de mon compagnon et de moi-même pour votre invitation. Pendant le trajet, nous avons pu apprécier la beauté des paysages Poitevins qui si je ne m’abuse ne diffèrent point trop de ceux du Berry. Et votre demeure me semble à votre image, chaleureuse et accueillante.

Son regard se reporta alors sur son tendre qui posait pied à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite de deux berrichons   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite de deux berrichons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de la famille Fortunat :: Seigneurie de l'Hermenault :: Les extérieurs :: La poterne-
Sauter vers: